Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 mars 2006

B12

Du nouveau dans ma vie : voilà que je suis carencée en vitamine B12 ! Je découvre cela via les résultats d'une analyse - qui, pour être fiable, doit analyser le taux d'un certain "acide méthylmalonique" dans le sang (houlala, quel mot bizarre !). L'an dernier, j'avais fait la même analyse, et j'avais été toute contente de n'avoir pas de carence : en effet, la B12 ne se trouve pas dans l'alimentation végétale ; par contre, elle se stocke dans le foie et on peut en avoir des réserves pour des années. Vu que j'ai été carnivore puis végétarienne pendant des tas d'années, j'avais dû avoir un stock costaud ! l'an dernier, héhéhé, pas de carence ! J'espérais même faire partie de cette catégorie privilégiée de quelques personnes dont l'organisme arriverait (on ne sait pas trop comment) à ne jamais être carencé en B12 tout en étant véganes. Mais cette année, paf, carencée !
Aujourd'hui je me dis : sois réaliste, ton alimentation végétale ne te permettra pas à elle seule de compenser la carence. Et une carence en B12, c'est sérieux ! Ça commence par la fatigue, un peu de déprime (tiens tiens, je suis pas mal crevée ces derniers mois), ça continue par des picotements puis la perte de sensibilité des doigts (je n'en suis pas encore là), ça ronge ensuite le système nerveux, et au final c'est très grave, avec des paralysies… Bref, autant ne jamais en arriver là ! Donc, des mesures rigoureuses s'imposent.
Si les animaux ne comptaient pas pour moi, ce serait simple : allez op, je redeviens végétarienne et le tour est joué ! Oui oui, juste végétarienne, même pas la peine de remanger de la chair, les sous-produits des animaux suffisent à apporter la B12. Alors, pourquoi me prendre la tête ? Eh bien, simplement parce que je refuse de participer, de quelque façon que ce soit, à l'exploitation des animaux. Le lait provient de millions de vaches, séparées de leur petit, abattues dès qu'elles sont moins rentables (entre 3 et 5 ans alors qu'une vache pourrait vivre 20 ans), le lait c'est aussi des millions de veaux abattus parce qu'ils sont nés de sexe masculins ; les oeufs ce sont des millions de poussins mâles et de poules pondeuses tués pour la même raison - et après une vie de souffrance s'il vous plaît. Bien sûr, je pourrais me cacher l'évidence en disant : "oui mais ce n'est quand même pas mon morceau de fromage, ma part de quatre-quart ou mon oeuf à la coque qui cause tant de souffrances !" Non, mais ça y participe forcément. L'exploitation et la souffrance des animaux, ça ne sort pas de nul part, quand même !
C'est pas que je veuille être "pure" du style "moi je suis en dehors de tout ça", c'est simplement que leur souffrance est inutile et que l'alimentation végane permet de ne pas la cautionner. Non, je ne veux pas que des animaux souffrent et meurent pour satisfaire ma vie…
Surtout qu'heureusement, il existe une bonne solution, hyper simple et facile ! Ce sont des compléments alimentaires en B12, de petites ampoules Delagrange, totalement fiables. Comme je suis carencée, je vais commencer par en prendre une dose par jour, puis une tous les cinq jours. Un médecin peut même me les prescrire et la Sécu me les rembourser ! Puis je peux aussi manger de aliments enrichis en vitamine B12 fiable (corn-flakes, certains laits de soja… ).
Voilà, c'est tout, mais il faut le savoir.
Et il faut aussi le vouloir.
Car pas mal de mes contemporains ont les cheveux qui se dressent sur la tête dès que je leur parle de compléments alimentaires : "quoi, mais alors ton alimentation ne se suffit pas à elle-même, elle n'est pas naturelle ?!" Ils ont peut-être raison, mais en fait ça m'est bien égal, pour deux raisons : la première, c'est surtout que le végétalisme évite réellement la souffrance des animaux, alors les autres arguments ne pèsent pas bien lourds ; la seconde c'est que je ne sais toujours pas ce que ça veut dire, naturel ! Naturel, mon mode de vie ? Allons donc ! Je m'habille chaque matin, je me brosse les dents deux fois par jour pour éviter tartre et caries, je me brosse aussi les cheveux pour éviter les noeuds, je prends le vélo ou le bus pour me déplacer, j'ai été opérée de l'appendicite, je mange des tas l'aliments cuits, et tous les légumes et les fruits et les céréales viennent de cultures (et de variétés élaborées grâce à l'agri-culture), je cuisine avec du sel et des épices, je porte des lunettes pour lire, je me lave avec du savon, j'ai appris à lire et à écrire, je suis pour la contraception, j'utilise la Poste, le téléphone et Internet, j'ai même un appareil photo numérique et un stylo à plume métallique, je fais caca dans des toilettes et je dors dans un lit sous une couette… et tout un tas d'autres choses (la liste est en fait sans fin) qui, finalement, sont ni plus ni moins naturelles que des compléments en vitamine B12.
Et je pense que j'ai beaucoup de chance de vivre dans une société qui me permet de faire ce choix : vivre et être en bonne santé tout en évitant de tuer des animaux, et aussi tout en essayant de respecter mon environnement, ce qui passe aussi par mon végétalisme. Et en plus, le végétalisme c'est bon aussi pour la santé des humain-e-s ! Car avec une alimentation équilibrée (et la B12 sous surveillance !) c'est tout bénef !
-> TOUT savoir sur la B12, c'est possible et ça se passe ICI !

Commentaires

---> Ok ! merci de ton témoignage ! j'ai modifié le mot "irréversible", en fait je crois savoir que ça devient irréversible mais à un stade hyper hyper grave et que, à moins de ne jamais réagir malgré tous les symptômes alarmants, on laisse ça traîner jusqu'à un point rarement atteint !

Écrit par : cenouras | 04 mars 2006

Le problème c'est de trouver de la B12 qui ne soit pas d'origine animale... c'est chaud non en France?

Écrit par : Kampyo | 06 mars 2006

pas du tout : les ampoules Delagrange et Gerda sont véganes, produites en France et remboursées par la Sécu - de toutes façons, elles ne sont pas chères.
Par contre, les cachets de B12 Gerda et Delagrange contiennent tous les deux du lactose. Les cachets de B12 Solgar sont vegans ; ceux-là sont importés et coûtent plus chers. Tu peux les trouver, je pense, en pharmacie, voire en boutique diététique ou herboristerie. Il en existe aussi d'autres marques importées, mais pas remboursés non plus, et il faut faire gaffe au lactose et autres gélatines !

Écrit par : cenouras | 06 mars 2006

Je prends des compléments Vitall+ vendus en magasins diététiques. Dans une boîte, il y a 100 comprimés dosés à 500 µg, et la boite vaut dans les 25 euros. Mais en prenant chaque jour un petit bout de comprimé, la boite peut être partagée à plusieurs et durer pas mal de temps. A priori, ils sont vegan.

Écrit par : Virginie | 07 mars 2006

Mais ça participe à une démarche puriste, quand même, non ? Car dans tout ce que tu as évoqué de tes actes quotidiens, plusieurs genèrent de la souffrance animale. Il y a un composé de l'ordi qui vient d' affrique dont l'extraction genère une guerre là-bas, j'avais lu ça sur S!lence, je ne sais même + quel pays, pour dire à quel point j'ai occulté l'info..les cultures agricoles détruisent des environnements dans lesquels vivaient divers animaux..tes épices viennent de l'autre bout du monde, d'exploitations humaines dont on ne connait pas les détails, acheminées en avion qui polluent et ainsi deteriorent des envirronements de vie, sans parler des oiseaux qui se prennent dans les pales...
Je précise que je ne mange pas de produits animaux non plus, même s'il m'arrive de piquer du fromage au leclerc..mais si je "m'y tiens", c'est + pour provoquer l'échange sur la question de l'exploitation animale que par refus categorique de participer à quelque chose qui genère de la souffrance, parce que là..je ne fais plus rien !! Je voudrais bien cela dit refuser de participer à TOUT ce qui genère de la souffrance..mais alors je ne fais plus partie de ce monde.
Si ça se trouve les actes de quelqu'un se posant les questions autrement, et n'étant pas végan, genèrent moins de souffrance que les tiens ou les miens..!!
Bref, je vois dans le fait d'être végan un interêt politique (pour peu qu'on le revendique, bien sûr), beaucoup + qu'un interêt pratique.
Nadine

Écrit par : nadine | 14 mars 2006

salut Nadine!
Puriste? tu trouves? pourtant, je me pose la question parfois et je sais que ce n'est pas du tout ce que je recherche. Ce que je recherche, c'est : causer le moins de souffrance possible tout en continuant à vivre dans ce monde plein d'incohérences, de douleur et d'obstacles. Déjà, le "continuer à vivre" implique continuer à manger, mais tu dois bien savoir qu'une alimentation végane nécessite bien moins de surface, d'eau et d'énergie qu'une carnée, pollue moins, etc...
Si je ne peux malheureusement pas éviter d'écraser des insectes lorsque je marche dans un pré, je peux par contre très facilement éviter d'écraser les vaches qui se trouvent dans le même pré - ou plutôt : éviter de manger de la viande. Est-ce que refuser de manger de la viande et tous les sous-produits animaux, une fois qu'on a pris conscience des souffrances réelles et intenses que cela cause, est un acte puriste ? Est-ce que, du coup, chercher à maintenir au maximum mon équilibre physique (par exemple, en prenant de la B12) est puriste ? Je ne vois pas bien ce qui t'amène à dire cela; peux-tu t'expliquer?... Ca me fait toujours bizarre quand des gens me cherchent des poux dans la tête, alors que nous sommes complètement entouré-e de personnes qui n'en n'ont rien à faire de rien ni de personnes, qui mangent plein d'animaux et achètent sans vergogne des jouets made in China (pour ne citer que cela !!!).... Oui, si ça se trouve "les actes de quelqu'un se posant les questions autrement, et n'étant pas végan, genèrent moins de souffrance que les tiens ou les miens", mais je ne vois pas bien de quoi il s'agit ? Je n'ai pas d'exemple concret en tête... Je ne vois plus le véganisme comme un truc d'intérêt politique, à vrai dire ce mot que j'ai tellement utilisé et rabâché me semble aujourd'hui un peu décalé de la réalité des abattoirs. Maintenant ça m'est égal que mon véganisme soit ou non politique, je sais simplement qu'il ne participe pas à l'exploitation à mort des animaux, c'est déjà tellement bien. Ensuite, je suis d'accord que mon véganisme n'est pas suffisant à éliminer toutes les souffrances du monde (l'ai-je jamais prétendu?), mais qui te dis que je ne suis pas une adepte du commerce équitable (tout en reconnaissant ses limites), de la non-consommation, et tutti quanti?...
Enfin bref, c'est chouette que tu ne manges pas les animaux non plus et que tu réfléchisses à tout cela...

Écrit par : cenouras | 14 mars 2006

"Puriste" dans le sens que tu ne va pas avoir la même démarche "à fond" pour d'autres actes qui génèrent aussi de la souffrance.
Nous continuons de dialoguer sur cet ordi, la guerre continue au Congo (j'ai retrouvé l'info) autour de l'extraction du coltan, indispensble à l'electronique. Il se peut qu'un jour j'abandonne l'ordi pour cette raison, mais aujourd'hui je continue et contribue ainsi à ce qui se passe au Congo. D'autres pendant ce temps font d'autres choix. Ils vont vivre dans la montagne par exemple, sans rien d'electronique, vivant de leurs productions. Ils n'ont pas de voiture, aucune machine, ne sont pas branchés à edf.. ayant calculé la somme d'exploitation humaine et de destructions environnementales, donc de lieus de vie, que tout ça generait.. Pour avoir une alimentation sans aucune importations et sans carences illes élevent des poules dont ils mangent les œufs..et les poulets parfois. Et illes échangent des œufs contre du beurre cru de la ferme d'à coté. Qui leur file aussi de la laine pour se faire des pulls. Je ne pense pas que leur mode de vie puisse se faire sans ces produits animaux (à moins que..?) Quel est le mode de vie qui génère le + de souffrance au final ? Je n'en sais rien du tout.
Pour moi ça n'a de sens de ne plus manger de produits animaux que si je le dis, si ça amène un débat autour de la question de l'exploitation animale. Imagine que nous décidions toutes deux d'abandonner notre ordi,
dégoutées de ce qui se passe au Congo : ça ne changerait (quasi) rien. Ce sont de vrais hommes qui se font tués là-bas, des hommes de chair, même si c'est moins immédiat pour la pensée que quand on mange de la chair animale. Je pense que ne plus manger de chair animale ne change(quasi) rien. Sauf si on est des milliers et des millions à faire le même choix..
Je précise que je dis tout ça sur un ton bien affirmatif, mais en fait je le reflechis en même temps que j'écris !
Salut !!
Nadine

Écrit par : nadine | 15 mars 2006

C'est aussi parce que les gens croient que leur action ne sert à rien, est insignifiante et vaine que rien de bouge - ou ne bouge pas plus vite... J'ai déjà entendu tellement de personnes se défendre de manger de la viande, ou de ne pas être véganes, en disant : "oui mais ce n'est pas moi qui vais changer quelque chose". Mais si toutes ces personnes avaient fait le pas, des choses auraient changé…

Écrit par : cenouras | 15 mars 2006

Les commentaires sont fermés.