Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 août 2006

Resto et revues

Bonne nouvelle, il y a de plus en plus de restos vegs au Portugal ! Malgré ce qu'en dit le guide Lonely Planet consacré au Portugal dans sa version 2005, ce pays est aussi une sorte de petit coin cool pour les vegs. D'ailleurs, cette fois c'est juré, je leur écris pour qu'il rectifient ce grossier et démoralisant paragraphe, où ils disent un truc du genre : Végétariens, vous voici bien loin de chez vous ! C'est archi-faux. Lisbonne compte plus de 20 restos vegs le plus souvent entièrement végétaliens, et même de bien plus petites villes en ont voire plusieurs dans leurs murs. Les menus varient de 5 à 9 euros dans l'ensemble, et pour des assiètes souvent copieuses et nourrissantes, avec tofu pané, seitan frit, pizza au "tofucheese", chaussons au seitan, légumes de saison, n'oublions pas les desserts vegans fabuleux : mousses au chocolat (si si !), gâteaux, crèmes et compotes diverses ; et puis aussi sushis, riz complet et soupe au miso : le Portugal est curieusement un des royaumes de la macrobiotique ! C'est en grande partie ceci qui explique le développement de tous ces restos, et même si l'alimentation macrobiotique n'exclut pas théoriquement le poisson, je n'en ai jamais vu dans aucun menu. Hier, dans un petit resto à Cascais (c'est là que je suis en ce moment, c'est près de la mer vers Lisbonne) le patron m'expliquait que tout le menu était vegan, pour l'harmonie. Et la plupart des restos vegs portent dans leur nom la mention du mot nature. Et c'est super rigolo, parce qu'en France (et aussi ici j'imagine) plein de gens mangent des animaux sous prétexte d'harmonie avec la nature ! Sinon, dans ce resto, la bouffe est payée au poids : on se sert comme dans un self, puis on pèse son assiète ! Mais comme c'est plutôt cher, 1,9euro les 100grs, je trouve que c'est limite comme système... Sinon, dans presque tous les restos, on peut au moins consommer une soupe de légume pour 1 ou 2 euros, et c'est déjà pas si mal. 
Une autre bonne nouvelle, une nouvelle revue est apparue depuis l'an dernier : elle tourne autour de la cuisine macrobiotique, végétarienne et végétalienne - d'ailleurs, c'est le nom de la revue. Dans le numéro que j'ai acheté, toutes les recettes étaient au moins végétariennes, la plupart végétaliennes.
Mais triste nouvelle : la revue qui existait déjà sous le nom de Cuisine végétarienne, est devenue un truc du genre : Cuisine de santé et macrobiotique ; et maintenant elle inclut des recettes avec du poisson et des crustacés.
Quand aux supermarchés, presque tous, même des riquiquis, vendent du lait de soja, des protéines de soja et du seitan ; les plus grands possèdent des rayons "diététiques" avec plus de produits (tous vegs) que certaines boutiques du même nom en France ! Et contrairement à la France, les boutiques bios (ici elles "naturelles") ne vendent pas de viande, et à la place on trouve un impressionnant choix de seitan, "fromages" et "saucisses" de tofu, béchamel, mayonnaise et chantilly véganes, etc, mais curieusement presque jamais aucun fruits ni de légumes - mystère !
Voilà, c'était un rapide petit topo de l'alimentation veg au Portugal en août 2006.

19 août 2006

Du Portugal, pêle-mêle...

Oups, je n'ai vraiment pas un accès facile à Internet en fait ! Du coup, c'est seulement après trois semaines (déjà) que je trouve le temps et le moyen de partager un peu ce voyage ! Je ne peux pas mettre de photos aujourd'hui, mais si je pouvais, je mettrais : une photo d'un incendie de forêt et une photo de toute l'incroyable nourriture végane qu'on trouve si facilement ici.
Un journal a indiqué qu'en deux semaines (les deux premières semaines d'août) ce sont 36000ha, soit 14 fois la superficie de Lisbonne, qui sont partis en fumée... C'est vraiment énorme. Des routes que nous avons sillonnées, on voyait les énormes colonnes de fumée grises, et dans les terres entre Coimbra et Aveiro, il y avait tant de fumée depuis tant de jours que le ciel était entièrement couvert, on a même pensé au début que c'était une sorte de brume ! La nuit, près d'un village vers Viseu (nord) la sirène des pompiers a réveillé-e : nous sommes sorti-e pour voir, car la maison était un peu perdue dans la forêt et depuis plusieurs jours un incendie ravageait les environs. Et bien, de la maison on voyait les flammes ! Il était 4h du matin et le feu avait incroyablement progressé en quelques heures - le vent s'était levé. La veille, avec quelques ami-e-s, en voiture nous avions été voir de plus près le désastre : sur la colline d'en face il y avait des flammes hautes comme une maison, peut-être dix mètres de haut ?! et le front du feu faisait bien un km ! Et pour lutter contre cela, des pompiers volontaires, qui sacrifient leurs vacances, quand ce n'est pas leur vie, deux hélicoptères qui transportaient de l'eau dans une nacelle... Une goutte d'eau dans un enfer ! C'est vraiment terrible et triste, les arbres poussent lentement ici, et des milliers d'animaux meurent asphyxiés et brûlés, une maison brûle par ci et par là... Bon, pour en revenir a la pleine nuit, des voisin-e-s (dont un pompier) nous ont rassuré en disant que les flammes étaient de l'autre côté du vallon et qu'une rivière nous en séparait encore. A la radio, peu de temps après, un capitaine des pompiers déclarait que c'était un vrai scandale et qu'il fallait que tout le monde sache que les forêts qui brûlent sont très souvent des propriétés du gouvernement, qui les entretient si mal que les chemins sont inaccessibles aux camions-citernes, pas de coupe-feux, etc. Un autre article racontait aussi qu'un pyromane accusé d'avoir allumé plusieurs feux avait été arrêté - ben oui, presque tous les feux sont d'origine criminelle...
Nous avons fini par nous éloigner des campagnes en feu et par arriver à Lisbonne, Lisboa.  La ville est toujours aussi intéressante, même si en août on y entend presque plus de français que de portugais !
Je crois que je dois arrêter ici pour aujourd'hui...
alors pour la comida (la nourriture) à bientôt !