Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 avril 2007

Histoire de rire

D'abord, il y a eu ce texte intéressant paru dans le journal METRO (édition de Lyon) du 12 AVRIL 2007, dans le Courrier des lecteurs.

"Le mauvais impact écologique de nos assiettes - environnement.

Malgré le nombre d’articles consacrés à l’environnement, il est une chose que l’on ne cite jamais ou pas assez souvent : l’impact écologique du contenu de 120 millions d’assiettes quotidiennes rien qu’en France. Pourtant, pour produire un seul kilo de viande de boeuf, il a fallu 10 kilos de céréales et 15 000 litres d’eau. La production de viande aggrave la déforestation mondiale, nécessite l’utilisation d’énormes quantités d’engrais, de pesticides, d’antibiotiques, elle est très gourmande en énergie fossile et offre une formidable ouverture pour les OGM. Citons aussi la pollution liée aux déjections animales. Un régime végétarien bien mené n’est pas seulement un excellent choix pour la santé et une façon de lutter contre les souffrances des animaux dits “de boucherie”, c’est également un choix écologique de première importance." MAXENCE

Et puis, il y eu la réponse de Catherine dans le METRO (Lyon) du 16 AVRIL 2007, et c'est là qu'on rigole !

RÉPONSE. " Tous végétariens ? Mais que fait-on des élevages ?

Je souhaiterais répondre à Maxence qui dans votre journal du 12 avril appelle chacun d’entre nous à devenir végétarien. En fait, je souhaite lui poser une question. Admettons qu’on vous prenne au mot Maxence. Devenons tous végétariens. En dehors du désastre économique et social que créerait ce nouveau mode de vie (agriculture, industrie agroalimentaire, etc...) je voudrais savoir comment vous imaginez que nous pourrions gérer la phase transitoire à savoir que ferions-nous de ces millions d’animaux qui vivraient donc jusqu’à mort naturelle ? Il est difficile de croire que les éleveurs pourraient se permettre de continuer à les nourrir et les soigner puisque privés eux-mêmes de ressources… Pensez-vous que nous devrions les mettre en liberté. Cela engendrera de grands désastres car les animaux seront livrés à eux mêmes, ils se reproduiraient à tout va et chercheraient de la nourriture ? Imaginez vous de voire des troupeaux entiers errant, des volailles, des poissons asphyxiés, mourant un peu partout ?"

CATHERINE

Perso, je rigole à chaque fois que je lis la réponse - sans commentaire :)
Mais si vous êtes tenté-e pour répondre, n'hésitez pas!

Commentaires

ça montre à quel point les abattoirs sont invisibles ! C'est fou d'ailleurs de voir qu'une telle industrie puisse être finalement aussi discrète... Il est facile d'ignorer les camps de la mort quand on ne veut pas les voir.
Ca me rappelle une action de rue où on avait installé un canard mort dans une cage de gavage au milieu de la rue, on avait versé du faux sang devant la cage... beaucoup de passant était horrifié, nous demandant si on venait de tuer ce pauvre canard... "Appelez la police" a t-on même entendu...

Écrit par : seb | 30 avril 2007

je suis végétarienne - de très longue date - sur le chemin du véganisme ... mais dur, dur de renoncer à l'oeuf bio ( donc aux pâtes, à la pâte ...) au fromage bio. Pas certaine d'y arriver à 100% même si je sais que de ne pas y renoncer radicalement est une sacrée entorse à mon "combat" pour la défense du droit de l'animal à disposer de sa liberté.

Écrit par : aeschelmann | 30 avril 2007

les horreur sont toujours cachées, c'est pour cela que l'on ne voit pas les abattoirs, il est dit que si il y avait des fenêtres aux abattoirs 90 % des gens deviendraient végétariens..........
Mais que faire presque personne ne veut renoncer à son steak !!! et comme les gens ne voient rien tout le monde s'en fout, pourtant l'horreur des élevages industriels et les abattoirs sont souvent à côté de chez nous

Écrit par : patou | 30 avril 2007

En réponse à Catherine :
les animaux dits d'élevage pour la consommation ne se reproduisent pratiquement plus de façon naturelle, ils se font inséminer artificiellement, ils sont piqués aux hormones pour accelerer leur croissance
Donc le problème invoqué ne pourra jamais etre
C l'homme et lui seul qui les fait se reproduire à la vitesse grand V

Écrit par : Corinne64 | 30 avril 2007

Les commentaires sont fermés.