Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 mai 2007

The Oxford Centre for Animal Ethics

28557b97a5705f8e728fa9868f4d74bd.jpgGrande découverte en lisant le premier des trois grands articles du dernier numéro des Cahiers antispécistes (n°28, mai 2007) : la création de The Oxford Centre for Animal Ethics. Kézako? C'est un centre de hautes études sur l’éthique et les animaux, créé et dirigé par le grand théologien anglais et défenseur des animaux, Andrew Linzey. Ce théologien remarquable s’élève contre l’interprétation anthropocentrique du message évangélique. Il est un acteur de premier plan du mouvement pour les droits des animaux et un homme qui œuvre en faveur d’un nouveau christianisme, dans lequel les humains se donneraient pour mission de relayer l’amour de Dieu pour toutes les créatures.
Le numéro 28 des Cahiers antispécistes (CA) contient la traduction de larges extraits de son livre Animal Gospel : un moyen de découvrir la dimension théologique de son œuvre, et l’évolution des Églises et des chrétiens qu’il s’efforce de promouvoir.
Vraiment, Andrew Linzey délivre un message d'amour et de paix remarquable. L'article des CA est à lire ! Par exemple, Andrew Linzey explique qu'il est gêné sur un point avec le philosophe Peter Singer : "la libération animale [selon Singer] consiste à accepter une "considération égale des intérêts" des animaux et des humains. A mon sens, ce que nous devons aux animaux est plus qu'une égalité de considération, d'attention ou de traitement. Les pauvres, les sans pouvoirs, les défavorisés, les opprimés, ne devraient pas avoir une égale priorité morale mais une plus grande priorité morale."
Et j'ai beaucoup aimé le passage où il explique qu'un de ses ouvrages d'officine pour le bien-être animal est utilisé par d'innombrables paroisses, lesquelles organisent maintenant une fois par an une célébration avec des animaux, les invitant littéralement dans l'église ! Il raconte : "Parfois bien sûr, ces animaux mettent la pagaille. Mais là encore c'est une pagaille symbolique. Les animaux peuvent mettre la pagaille, et la mettent effectivement, dans notre culte centré sur nous-mêmes."
Personnellement, je trouve que c'est un message intéressant, fort, révolutionnaire (pour la religion chrétienne), et qu'il est important de connaître, qu'on soit chrétien ou non.
Tout ceci me rappelle la prise de tête que j'ai eu à Noël dernier avec ma famille (chrétienne), qui n'admettait absolument pas qu'un repas de Noël puisse avoir lieu sans cadavre sur la table... Et ça m'évoque encore ma belle-soeur (chrétienne), pour qui Dieu aurait créé les animaux uniquement pour que les humains les mangent et les dominent. Un beau cadeau pour le prochain Noël de toutes et tous : un livre d'Andrew Linzey - quel dommage qu'il ne soit pas (encore ?) traduit en français ! Alors, en attendant, peut-être une photocopie de cet article des CA? (et il reste deux autres articles à lire dans ce numéro 28 !)
c/o Gothière
19, rue de la Chèvre - 57000 Metz
Un article trouvé sur internet*, reprenant des écrits et des pensées d'Andrew Linzey à propos de la chasse :
LA CHASSE COMPARÉE AU VIOL ET À LA TORTURE
AHIMSA - PRINTEMPS 2004


Dans un communiqué du Christian Socialist Movement (2003), ce chrétien [
Andrew Linzey] a déclaré qu'en tant que sport, la chasse est indéfendable moralement et qu'elle doit être complètement interdite : "imposer de la souffrance lors d'un sport est mal. Ainsi, la chasse se classe parmi ces actes moralement inaceptables tels que le viol, l'abus des enfants et la torture. Nous ne parlons pas, par exemple, de la "nécessité du viol" ou de la "nécessité de la torture" ou de la "nécessité de l'abus des enfants", pourquoi le ferions nous quand on inflige délibérément de la souffrance aux animaux ? C'est tout à fait mal de causer délibérément de la souffrance pour des raisons d'amusement ou de sport. Tous les actes de cruauté envers les animaux diminuent notre humanité. Certain actes sur des êtres vulnérables, innocents et sans défense, humains comme animaux, sont moralement inaceptables. Il y a quelques chose de spécialement odieux dans le fait de se réjouir de la souffrance d'êtres sensibles comme les animaux. La chasse est d'une violence extrême et donc indéfendable moralement".
* Un truc assez délirant : sur la même page web, il y a une pub pour... des lunettes de tir de chasse !

Les commentaires sont fermés.