Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 mars 2009

Derrière les portes des abattoirs

Derriere_les_portes_des_abattoirs_de_France-106x150.jpgC'est en lisant la lettre d'Info de L214 du 6 mars 2009 que j'ai découvert la sortie d'un nouveau dossier intitulé "Derrière les portes des abattoirs de France". Ce rapport spécial, de février 09 et de 42 pages, conçu par One Voice, porte sur l'abattage des animaux pour la viande. Il est téléchargeable gratuitement. Clair, bien illustré et bien présenté, c'est un dossier terrifiant. Les témoignages bouleversants montrent sans équivoque ce qu'endurent les animaux "de boucherie"  sacrifiés  sur l'autel de l'appétit insatiable et égoïste de l'espèce humaine.
Ce rapport est basé sur une investigation de One Voice réalisée sur une période d'un an et portant sur 20 abattoirs. français. Il rélève ce que subissent quelques uns des 40 000 000 de bovins, moutons, chèvres et cochons, et plus d'un milliard de volailles et lapins, abattus par an en France pour leur chair.
one voice veau.jpgPage 9, je lis : "La terreur des veaux [pour rappel, le veau est le bébé de la vache]. : dans le piège d'abattage, il y avait un veau qui tremblait de peur. Il a essayé des dizaines de fois de s'échapper, et finalement de se cacher dans un coin, en se contorsionnant pour cacher sa tête. C'était terrible à regarder. Quand l'abatteur s'est penché au-dessus du piège, le veau a désespérement essayé d'éviter le pistolet d'abattage, mais le tueur n'y a pas prêté attention. Il a suivi de sa main le mouvement de la tête du veau, mais ce n'était pas un animal sensible qu'il voyait devant lui. Il agissait de façon automatique. Après le coup de pistolet, l'animal a été saigné, et c'était comme si l'employé ouvrait un carton et non un animal."
p. 10 : "Le sang s'écoulait dans le piège d'étourdissement, le premier animal [un veau] que l'on voit avait son museau dedans et il est resté confiné dans le piège pendant un laps de temps déraisonnable avant d'être étourdi. Il a passé plus d'une minute à essayer de s'échapper, à se retourner, à tomber et à ruer sur les panneaux latéraux."
p. 15 : dans un grand abattoir de cochons "les enquêteurs ont filmé des scènes de souffrance animale parmi les pires dont ils aient été témoins tout au long de cette investigation."
one voice cochon.jpgp. 17 : "Souvent, les porcs semblaient paniqués et terrifiés et cherchaient à s'échapper. (...) Les cochons avançaient à contre-courant, essayaient de sauter par-dessus les parois latérales ou par-dessus d'autres cochons et tentaient de fuir à l'approche des employés."
p. 22 : "Dans certains abattoirs, les employés avaient pris l'habitude de se livrer à de petits jeux sadiques, consistant par exemple à effrayer les cochons confinés dans des couloirs étroits en touchant les barres de fer qui les entourent avec un aiguillon électrique. (...) le bruit et les étincelles que cela produit provoquent chez les animaux une panique visible."
one voice vache.jpgEt partout, des animaux égorgés vifs, blessés, frappés, insultés, terrifiés, et témoins de l'égorgement et du dépeçage de leurs congénères.
Et partout, à chaque instant, effroi, terreur, panique et calvaire - mis à part ça, votre viande a-t-elle bon goût ?
Dans ce rapport, on en apprend aussi beaucoup sur les techniques d'abattage. Etourdissement par choc électrique, perforation de la boîte craniènne... gazage aussi, puisque les cochons, les poulets et les dindes peuvent être gazés avant d'être égorgés.
Pas très joli joli, tout ça...
Heureusement, tout ça se passe loin derrière les portes des abattoirs, histoire de ne pas couper le joyeux appétit des viandistes.

one voice mouton agneau.jpgQuant à moi, je ne peux évidemment que rejoindre One Voice dans sa conclusion :
"L'idée que les animaux soient tués dans de bonnes conditions permet de tranquilliser les consciences. Dans la pratique, cependant, aucun mesure de protection ne fera disparaître la peur, la détresse, la douleur et les souffrances endurées par les animaux dans les abattoirs. One Voice espère que les consommateurs qui ne peuvent pas digérer la situation découverte par nos enquêteurs, feront le choix de manger moins de viande ou de supprimer carrément la viande de leur menu."
Car quelle autre solution qu'arrêter de manger de la viande ? Car ce cauchemar ne se passe pas au bout du monde, ni il y a vingt ans. C'est ici et maintenant qu'il a lieu. Et c'est ici et maintenant qu'il faut agir. Sinon où, et quand ?

Toutes les images sont issues du rapport de One Voice.

Commentaires

et oui, "meat is murder" dans de bonnes conditions ou pas :-(

un tel dossier permettra peut-être de réveiller des gens, de faire comprendre que c'est une violence intolérable.

De mon côté, j'essaie de trouver des documents parlants sans être traumatisants pour expliquer à ma fille de 9 ans... Je ne sais pas si tu en connais...

Écrit par : bénédicte | 12 mars 2009

bonjour Bénédicte,
Oui, ce dossier pourrait sans doute servir à cela, mais encore faut-il
a) que les gens prennent connaissance de son existence;
b) fassent l'effort de se le procurer et de le lire.
C'est pas gagné... De mon côté, je l'ai téléchargé et photocopié en plusieurs exemplaires, à distribuer autour de moi.
Par rapport à ta fille, je ne connais malheureusement pas ce genre de documents (mais j'aimerais vraiment apprendre qu'il en existe!). Le mieux reste que tu lui expliques toi-même ce qui se passe, mais c'est sans doute ce que tu fais déjà. Y a-t-il des vegans dans ton entourage, et qui ont des enfants? peut-être ont-ils des infos...

Écrit par : aléa | 13 mars 2009

C'est tellement épouvantable toutes ces atrocités commises sur des animaux sans défense... j'ai honte de notre race humaine et je n'aime pas manger de la viande...
béa kimcat

Écrit par : béakimcat | 12 avril 2009

La betise et la connerie des gens au quotidien me rendent de moins en moins sociale et de plus en plus intolerante. je parle de vegetarisme et d'éthique animale a longueur de journée mais les gens s'en foutent completement, qu'il se passe des horreurs dans les abattoirs, ils font semblant de s'apitoyer 5 minutes, et partent manger un hamburger sans plus se poser de questions. C'est par l'interdiction et l'abolition qu'on pourra ENFIN sortir les animaux de leurs camps de concentrations... 1 consommateur sur 100 se souvient des images chocs qu'il a vu avant de choisir son repas, j'en ai la preuve tous les jours...et pourtant mes collegues ne sont pas en reste et en mal d'horreurs de toutes sortes que je leur impose....Regroupons nous, agissons, toutes tendances confondues, pour nous faire entendre.

Écrit par : Floch Valerianne | 23 août 2009

Les commentaires sont fermés.