Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 avril 2010

Inde, la fin des montreurs d'ours!

Excellente nouvelle ! La fin de 400 ans de tradition barbare en Inde: il n’y aura plus d’ours danseurs dans les rues pour amuser les touristes.
En janvier 2003, lorsque le premier ours a été accueilli dans le sanctuaire d’Agra et que One Voice et Wildlife SOS ont créé la cellule antibraconnage, Forestwatch, il y avait 1200 ours «danseurs» en Inde.
babies.jpgLes oursons capturés par les trafiquants étaient revendus aux Kalandars, une tribu nomade qui les dressait pour des spectacles de rue. Les oursons capturés étaient transportés dans un sac en toile de jute, parfois après avoir été drogué à l’opium pour que ses cris n’alertent pas les autorités, et remis à aux Kalandars contre 600 roupies. En toute illégalité, ceux-ci dressaient l’animal par la douleur et la terreur.


Iours danseur.jpgls perçaient le museau des ours avec une aiguille chauffée à blanc et y passait une corde sur laquelle il suffisait de tirer pour se faire obéir, le museau des ours étant un organe extrêment sensible. Ces ours n’avaient jamais aucune liberté de mouvement, chacun de leur geste étant en permanence sous le contrôle et la volonté de leur dresseur via la fameuse corde qui meurtrissait leur museau. Ils vivaient dans un état de souffrance et de soumission permanent et total.
Les ours lippu sont une espèce endémique classée en annexe I de la CITES. En Inde, l’exploitation des animaux sauvages menacés est condamnée par la loi de 1972, de même que le dressage pour les spectacles qui est considéré comme un acte de cruauté.
bear performance.jpgAujourd’hui, grâce à une approche globale de la problématique, tous les ours ont pu être sauvés de l’esclavage. Si le braconnage des oursons pour la danse a considérablement diminué, ces ours sont malheureusement toujours recherchés : ils sont désormais vendus en Chine, où ils sont exploités dans des conditions épouvantables pour la production de leur bile. Outre le travail de Forestwatch, réalisé en étroite collaboration avec les agences gouvernementales et le département faune sauvage de la police, le projet – également soutenu par les associations anglophones IAR et Free The Bears – inclut un programme de reconversion pour les Kalandars en échange de leur ours. C’est pour eux une opportunité unique d’améliorer leur qualité de vie avec un travail légal et de s’intégrer à la société indienne. L’existence des sanctuaires, où les ours sont accueillis et évoluent en semi-liberté, a également été déterminante. Elle a permis de proposer aux autorités une solution pour les ours saisis.
refuge ours Agra.jpgours dans refuge.jpgCette victoire historique (curieusement peu relayée en Occident?) est la preuve que la volonté politique alliée à l’action des ONG peut venir à bout de toutes les traditions barbares, même les plus ancrées.
Avec la fin des montreurs d'ours en Inde, c'est la fin d'une tradition cruelle. Une de moins, une!
Restent à abolir par chez nous en France tout un tas de tradition au moins aussi ignobles, et souvent pires d'ailleurs: la corrida, le foie gras, les combats de coqs, le déterrage des blaireaux, la chasse à courre et la chasse tout court. Liste non exhaustive, bien entendu. Ces traditions cruelles, preuves de la barbarie de notre soit-disant civilisation, sont bâties dans le sang et sur le cadavre des animaux. Beurk.

Images, de haut en bas: bébés ours rescapés des trafiquants; ours danseur avec la corde passée dans le museau; dessin indien de lutte dénonçant les ours danseurs; pancarte à l'entrée du refuge d'Agra (Inde); ancien ours danseur enfin libre dans un refuge indien.

Sources: One Voice et Maïcha
feuillinfo-maicha-4.pdf

Commentaires

Je me rappelle d'une mise en scène, lors d'un voyage familial en Inde, où j'ai dû chevaucher un de ces ours. Je ne me souciais pas particulièrement des animaux à cette époque, et je connaissais encore moins les conditions qui avaient pu amener cet ours au bord de cette route, mais je percevais quand même le ridicule d'une telle scène, sorte de domination du cow-boy sur un fauve totalement contrôlé par une corde. Je n'ai jamais pu supporter la photo de cette scène. Je ne l'ai pas déchirée, elle existe, mais je l'ai néanmoins retournée dans l'album familial. Mes parents et ma sœur n'ont jamais compris ce que je n'aimais pas dans cette photo, et je n'ai jamais su leur expliquer.

Écrit par : Grasyop | 28 mai 2010

Les commentaires sont fermés.