Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 août 2010

La corrida inscrite à l'Unesco, et puis quoi encore?

Il ne faut absolument pas laisser passer une telle horreur ! Des responsables du monde (très restreint) de la tauromachie française voudraient que la corrida soit reconnue comme un patrimoine immatériel de l'humanité par l'Unesco. Si ça passe, la corrida aura en effet un bel avenir assuré devant elle! Et pour les taureaux, l'avenir sera une succession sans fin de souffrances, de stress et de mise à mort.
Pour mieux répondre à sa mission culturelle, l'Unesco a en effet promulgué en 2005 une Convention destinée à préserver des "trésors immatériels" de l'humanité, de nature diverse. Fêtes de carnavals, danses ou musique, fabrication d'objets typiques ont été jugées dignes par la Commission "d'être transmises de génération en génération". Aujourd'hui, les amateurs de corrida demandent aux 54 villes taurines françaises (54 ? Il y en a tant que ça ?!!!) de soutenir leur demande à l'Unesco pour y obtenir le classement de la corrida comme "bien immatériel". Or ce "trésor de l'humanité" (hahaha) consiste à enfoncer successivement dans un taureau une quinzaine d'armes blanches, puis à transpercer son thorax à l'épée, pour le faire tomber, encore vivant, et longuement agoniser au sol. Des coups de poignard répétés dans la nuque utilisent la méthode inhumaine des abattoirs du XVIIIe siècle, à l'époque où la corrida apparaît en Espagne. Un tel spectacle constitue une torture, au sens de la définition donnée par Michel Foucault : "maintenir la vie dans la souffrance". Un éminent journaliste énumère de manière ironique les arguments des partisans de la corrida : "La mise à mort rituelle d'un bovin ne procure-t-elle pas un sentiment d'identité (peut-être nationale) et de continuité" ? Ne contribue-t-elle pas à "promouvoir la créativité humaine" (voire humanitaire) ? N'est-elle pas "conforme aux droits de l'homme" (sinon de l'animal) ? La conclusion est terrible : "Bien sûr, on pourrait aller plus loin : faire homologuer la violence et la cruauté en général. Mais elles sont depuis longtemps inscrites au patrimoine mondial. En lettres de sang." (1)

Il est très important de savoir que ce sont les états membres de l'Unesco qui proposent une liste de "trésors" potentiels. Pour la France, cette liste est préparée par le ministère de la Culture. Il est donc capital de sensibiliser en amont nos élus, nos gouvernements pour éviter que la corrida ne soit proposée. En signant la pétition contre l'inscription de la corrida à l'Unesco, vous demandez donc au gouvernement français de ne pas inclure la corrida sur cette liste. Cette pétition fait partie d'un ensemble de démarches que le CRAC est en train de mettre en place au niveau international. SeulEs les citoyenNEs françaisEs peuvent signer la pétition, mais l'objectif est de proposer, dans les semaines qui viennent, une pétition pour chaque pays. L'ensemble de ces pétitions sera présenté sous forme de liens sur notre site. Chacun pourra alors signer la pétition pour sensibiliser son propre gouvernement. Dans la mesure où d'autres États sont susceptibles de proposer à l'Unesco le classement de la corrida, les différentes pétitions permettront de montrer aux responsables de l'Unesco que de très nombreux citoyens des pays "tauromachiques" sont totalement opposés à cette pratique d'un autre temps.

On se bouge, on laisse pas passer ça, on signe et on fait circuler la pétition contre l'inscription de la corrida à l'Unesco !!!

 

taureau image CRAC.jpg

 

Source: CRAC
(1) Robert Solé, Identité animale, Le Monde, 17/12/2009.

09:56 Publié dans animaux | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : corrida, unesco, crac

Commentaires

Suis contre ce projet.

Écrit par : VALLET | 25 août 2010

SUPPRESSION.
Spectacle cruel, archaïque qui entretient la division des hommes.
Reconnaissance et respect envers les êtres vivants.

Écrit par : ROVES | 27 août 2010

Vous aimez vos traditions locales, et en cela, vous êtes conditionné par l'éducation que vous avez reçue de votre milieu de naissance, de vos parents, des élus locaux, des personnes à qui cette activité profite financièrement. Or la tradition amène systématiquement un arrêt, un blocage dans l'évolution positive des individus d'une communauté, d'une région ou d'un pays. Ces individus se contentent de reproduire le comportement de leurs aînés, et n'évoluent que dans le monde physique, matériel et cruel. Le monde spirituel est complètement ignoré. Ce conditionnement empêche leur jugement personnel de constater que ces «divertissements tauromachiques ou autres » sont basés sur la cruauté, la souffrance, la mort violente. Leur capacité intellectuelle s'en trouve ainsi altérée et les empêche de dépasser les coutumes de ces traditions, d'étudier si celles-ci sont bonnes ou mauvaises, en accord ou désaccord avec le but réel de la vie sur cette terre, c'est-à-dire avec les règles de vie prônées par les grandes religions ( et non pas celles prônées par certains religieux ). La tradition et son corollaire la conviction, éteignent ainsi le fonctionnement de la réflexion, annihilent la conscience et amènent insensiblement à la suffisance, la prétention, la fatuité. La barbarie devient donc un sujet de peu d'importance, tout cela en croyant bien faire, pire, en croyant faire le bien

Écrit par : deguisement grec | 13 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.