Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 juin 2006

merci la DRAF !

medium_vache_DRAF_blog.jpgMerci à la DRAF (Direction Régionale de l'Agriculture et de la Forêt) de fournir aux étudiant-e-s agricole des supports pédagogiques comme celui que j'ai eu entre les mains l'an dernier : une BD sur le thème de la PAC (Politique Agricole Commune), qui régit le monde agricole européen. Par exemple, les quotas sur le vin ou sur le lait, c'est la PAC, et les agriculteurs/trices risquent de lourdes amendes à ne pas obéir. Au pays de Raivavi, un petit coin de campagne reculée... c'est le titre de la BD ; et une BD, c'est rigolo, non ? Bon, les dessins de celle-ci sont carrément ignobles, mais passons, on comprend l'histoire. Il s'agit de deux fermes voisines, qui connaissent bien des difficultés, mais pas pour les mêmes raisons. En tout cas, ça a un rapport avec la PAC.
Mais, plus rigolo encore, c'est que l'histoire est vue par les yeux de deux vaches, Boucle d'Or et Big Teat (grosse mamelle) ! Chacune vit dans une de ces fermes, elles papotent dans leur pré et vivent de mini-aventures, chacune avec leur caractère. Big Teat, par exemple, est une obsédée du rendement, tandis que sa copine, Boucle d'Or, privilégie la qualité. Quantité ou qualité, voilà une des préoccupations majeure du monde agricole d'aujourd'hui...
medium_vache_DRAF_blog_2.jpgEt la DRAF nous montre une Big Teat ravie de donner son lait aux humain-e-s, ha la brave vavache qui s'exclame, rayonnante pendant la traite : "Allez, gobelets trayeurs ! Pompez le lait de mes trayons ! ça, j'aime !" Elle est soucieuse de donner plein de lait, un max de lait, pour que ses patrons gagnent un max de pognac sur son dos. D'ailleurs, au début de la BD, on voit l'éleveur qui voit des billets de banque couler à la place du lait, et qui rêvasse : "Tout va bien !"
Quant à Boucle d'Or, elle pense : "Quel régal cette herbe naturelle !... Quels parfums !... Quels fromages en devenir !..." Toute heureuse, elle aussi, de si bien servir sa ferme. Même si un jour, pendant la traite, elle se demande : "Raz le pis de cette traite mécanique ! Pourquoi Violette ne m'a pas laissé mon veau ?" Tiens, c'est vrai ça, pourquoi on lui a pas laissé son veau ? La BD ne nous le dit pas. Mystère. Je me demande même pourquoi elle pense ça, cette vache.
La fin de l'histoire a failli tourner au drame : les deux vaches sont promises à labattoir ! Big Teat parce que son exploitation dépasse les quotas ; Boucle d'Or parce que sa ferme connaît des problèmes financiers. Big Teat explique : "Jean-Luc a reçu un avis de risque de dépassement de quotas !... J'ai eu quelques retards à la fécondation et c'est moi qu'il envoie à l'abattoir pour ne pas payer d'amende en fin d'année !..." Mais je ne fais pas durer le suspens plus longtemps... Big Teat sera sauvée : son maître lui donnera moins d'aliments concentrés et elle donnera moins de lait, donc les quotas seront respectés ; quant à la ferme de Boucle d'Or, elle reçoit un financement attendu depuis longtemps, qui va même lui permettre de développer la fabrication fromagère. Ouf !
Bon, l'histoire ne nous raconte pas que quelques années plus tard, les deux vaches partiront quand même à l'abattoir parce qu'elles seront devenues moins rentables. Mais ne nous encombrons pas de détails superflus.
Dans ma classe, tout le monde a aimé cette histoire. Le côté BD détendait par rapport aux épais et tristes documents qu'on recevait à longueur de journée. J'étais la seule à ne pas trouver ça drôle en fait... Je dois manquer d'humour. Après tout, deux vaches qui consacrent tous leurs efforts à donner un max de lait à leurs chers patrons, c'est touchant. Merci la DRAF de ne pas nous faire poser la moindre question. De nous faire oublier que le lait, ce sont des millions de veaux qui partent à l'abattoir : un par an et par vache, ça fait du nombre ! De nous donner bonne conscience de manger du fromage et de verser du lait dans nos céréales de petit dej, gratins et autres flans. Elles n'attendent que ça, les vaches : qu'on les insémine chaque année de force, puis qu'on leur enlève leur veau pour leur pomper leur lait, avant de les expédier à l'abattoir ! Ha, merci la DRAF, pour toute cette bonne propagande...
Tout va bien... Et vive la vache qui rit !