Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 mai 2007

Carton rouge pour l'OL et Lyon Plus...

Carton rouge (et 200 000 mauvais points supplémentaires) pour l'Olympique Lyonnais qui, pour la clôture d'un match du championnat de France, a offert à son public un spectacle pitoyable : deux lions + un dompteur sur la pelouse...

Le journal gratuit Lyon Plus a affiché (jeudi 10 mai 07) à sa une une photo de cette exhibition de domination : la photo d'un lion en train de sauter dans un cercle de feu, sous-titre : Rugir de plaisir !
La même photo est reproduite à l'intérieur (p. 19) mais cette fois vue d'ensemble : une énorme cage entièrement grillagée, dedans un lion saute à travers un 6 enflamé, à ses côté un dompteur, fouet à la main. Commentaire du journal : Un feu d'artifice et un spectacle de fauves ont conclu la soirée d'hier. Frédéric Edelstein, du cirque Pinder, s'est produit avec deux lions dans une cage montée dans le rond central. Il a notamment fait sauter les fauves à travers un "6" en feu.
Un spectacle vraiment dommage, et on a même du mal à imaginer tout ce que ces lions ont du avaler comme soumission, renoncement et stress pour sauter dans un 6 en feu! N'importe quoi ! Ils seraient mieux en train de dormir dans leur savane - et si les joueurs de l'OL aiment tant les 6 en feu, ils n'ont qu'à sauter à travers eux-mêmes ! Fort à parier qu'un tel spectacle attirerait beaucoup plus de monde et réjouirait bien plus les foules que ces 2 lions l'ont jamais fait ! et rappelez-moi, il a quoi à la main, le dompteur ? ha oui : un fouet !... Question : est-ce que le spectacle sera encore meilleur si les joueurs sautent à travers le 6 enflammé motivés par quelques coups de fouet ? ça mérite réflexion, non?... En tout cas, le cirque avec des animaux, beurk.
Hé, je viens de comprendre: OL = olympique lyonnais, lyonnais, lyon, lion... Ha, ha, ha, c'est vraiment trop drôle ! quel humour, quel esprit, on se demande où ils vont chercher tout ça tiens.