Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 novembre 2010

ESB: une seule solution, le véganisme

Tandis que je feuilletais le n°1104 de Sciences et vie de septembre 2009, je suis tombée sur un encart portant sur la maladie de l'encéphalopathie spongiforme bovin (ESB), transmissible aux humainEs carnassierEs et plus connue, peut-être, sous le nom de "vache folle". C'était il y a peine dix ans. En illustration de cet encart, une photo de carnage: des vaches abattues en masse suite à l'ESB. Une photo bien réaliste: un amas de cadavres de vaches ensanglantées et entremêlés de cordes. On n'y comprend pas grand chose, et pourquoi tout ce sang? Mais le plus hallucinant c'est la légende de la photo:
La maladie de la "vache folle" n'aura causé "que" 180 décès sur les milliers prévus.
Parons tout de suite d'éventuelles critiques et disons-le clairement: bien sûr, on est heureux qu'il n'y ait eu "que" 180 décès du côté humain - c'est même 180 morts de trop.
Mais soulignons tout aussi clairement l'ironie de cette phrase sur une photo de corps ensanglantés de vaches. Sachant (qui l'ignore?) que ce sont plus des millions d'animaux qui ont été massacrés (2,4 millions rien qu'au Royaume-Uni), on appréciera d'autant plus la subtile combinaison de la photo et de sa légende.

vache-folle.jpg

farines animales.jpgDes millions de tonnes de farines animales:
combien d'animaux assassinées pour un tel volume?

Combien de millions, de milliards, de centaines de milliards d'animaux devront encore périr pour qdevenir seulement visibles aux yeux des humains, engorgés d'arrogance, persuadés d'être le centre de l'univers?
Combien de programme hérodotes encore planifiés par les Saigneurs du monde?
Je me répète, je radote, mais je pense que c'est pas encore l'âge  - c'est hélas seulement le reflet du perpétuel massacre dont sont toujours, tous les jours, victimes les animaux, tout simplement objéifiés. Quand un objet est cassé on le jette, quand un animal est malade, ou tout simplement différent, on l'abat.
Soulignons au passage que d'un point de vue "sanitaire" (pour les humains) l'abattage systématique des troupeaux n'était pas utile (l'ESB n'étant pas une maladie très contagieuse) et que son seul but était de rassurer le consommateur par son côté radical et impressionnant. Des millions d'euros ont été débloqués pour aider les éleveurs. Beaucoup d'autres animaux que les vaches ont été abattus par peur de l'ESB, par exemple des animaux sauvages : le ministère de l'agriculture des États-Unis a organisé de gigantesques battues au cours desquelles 10 000 cervidés ont été tués dans le Colorado, en 2004...

00:05 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : esb