Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 décembre 2010

France Inter sponsorisé par la souffrance animale

Depuis quelques semaines, j'avais quelque peu pris l'habitude d'écouter par ci par là France Inter. Entre les émissions, j'avais régulièrement droit d'être exaspérée par les spots pro-foie-gras, une sorte de pub basée sur je ne sais trop quel bricolage de récupération voulant à tout prix associer la vente de foie gras à saint Machin (Médard, Bernard, non: Martin! ce n'est pourtant pas faute de l'avoir entendue), un pauvre bougre qui fût, paraît-il, charitable et pauvre, et dont la nom sert honteusement à vendre un pur produit de la souffrance qui en plus coûte une fourtune!
Hé bien, maintenant, je me tape en plus la propagande du CIV (centre d'information des viandes)! A longueur de journée, des braves gens cherchent à me convaincre des bienfaits de la bidoche, de sa traçabilité (le veau né en Espagne, élevé en Italie, tué en Pologne, mangé en France -sans commentaire), et de son non impact sur l'environnement. L'élevage, une industrie pollueuse? Tûtûtût! Que nennie! "Nos vaches passent plusieurs par semaines par an dans un joli pré et mangent de la bonne nènèrbe, et ce même pré absorbe tout le métane qu'elles produisent NATURELLEMENT".
Si la brave dame ne ment pas, elle nous dit à peine 1% de la vraie info, et elle passe sous silence les millions de vaches qui ne voient jamais un bout de terre ou d'herbe, leur souffrance n'existe pas bien sûr (hein, les vaches souffrent? ça alors, quel scoop!), et aucun chiffre sur la pollution (là encore, plongez-vous dans bidoche), et puis si c'est "naturel", ouf, tout va bien (la peste et le choléra aussi sont naturels, soit dit en passant). Sans même avoir aucun chiffre en tête, une seconde de réflexion suffit à me faire dire que si les vaches n'étaient pas là (jamais nées -pour être tuées) la prairie, ou la forêt, absorberait du CO2 émis par une autre source de pollution (au pif: les bagnoles), ce qui serait mieux. Je ne sais pas si je suis très claire, mais en gros: mieux vaut supprimer les sources de pollution plutôt que de chercher à les compenser. En étant végane, je pollue beaucoup, beaucoup moins qu'en mangeant ses vaches, même si elles bouffent de l'herbe.
Avec tout ça, j'en ai eu vraiment plus que marre d'écouter des émissions entre de la propagande viandiste, et France Inter, c'est terminé. Mais je me demande bien quel impact ça va avoir tout ça sur le meurtre massif des animaux... Ceci dit, il ne faut pas perdre de vue que si le CIV nous mattraque le cerveau, c'est qu'il doit se sentir un tout petit petit peu "en danger" quelque part. Je mets des guillemets parce que malheureusement le mot me semble trop fort, mais bon, une vague odeur de roussi veg planerait-elle sur les bénéfices sanglants de cette institution? Allez, je me fais plaisir et je me dis que oui.
Bon sinon, j'ai informé France Inter de cette note, peut-être qu'ils laisseront un commentaire? Je serai curieuse de le lire.

vaches-L214.jpg
- ce dont le CIV ne parlera jamais -
- ce que le CIV ne montrera jamais -