Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 mars 2006

Gorilles, B12 et nature

La semaine dernière, je me suis plongée dans le fameux livre Gorilles dans la brume de Diane Fossey. Cette chercheuse scientifique américaine (1932-1985) a passé la majeure partie de sa vie à étudier les gorilles sauvages au Rwanda* et à partager leur quotidien. Elle en a tiré des milliers d'observations - d'où le livre, un film, et une fondation pour la protection des derniers gorilles sauvages. Les comportements des gorilles qu'elle décrits sont souvent très similaires aux nôtres : amitié, affection, jeux de séduction, jalousie, désirs, le tout avec des liens sociaux forts et très structurés. Indéniablement, nous sommes vraiment cousin-es avec les gorilles ! Leurs comportements alimentaires sont bien intéressants aussi, entre autre parce que Diane Fossey propose une hypothèse très plausible quant à leur source de B12 : ces gorilles végétaliens, animaux sauvages vivants dans un environnement tout aussi sauvage, trouveraient leur B12 indispensable dans leur caca ! qu'ils mangent sans hésiter à pleines mains…
"Les gorilles, quels que soient leur âge et leur sexe, mangent leurs excréments et, parfois, ceux des autres gorilles. La coprophagie s'observe après de longues périodes de repos, pendant la saison des pluie. La nourriture est alors plus rare et les déplacements moins fréquents. L'animal écarte légèrement ses fesses et recueille la crotte dans une main en prenant garde qu'elle ne touche pas le sol. Il mastique tout en se léchant les babines avec satisfaction. La coprophagie existe chez la plupart des vertébrés, y compris l'homme, dans les cas de carence nutritionnelle. On peut penser que, chez les gorilles, elle a une fonction diététique et permet aux vitamines, la vitamine B12 en particulier, dont la synthèse se fait dans le gros intestin, d'être assimilées au niveau de l'intestin grêle."
Le végétalisme pourrait donc être on ne peut plus naturel, autant pour les gorilles que pour les humain-es… à condition que, comme ces derniers, nous nous adonnions avec délice à la coprophagie. Personnellement, je préfère m'en tenir à de la B12 en ampoules ou en cachets, mais chacun-e son truc.
Cette info rassurera peut-être les fans de nature : on peut être végan-e, même en vivant toujours en forêt ! Mais au fait, est-ce que c'est si important ? Est-ce que l'essentiel n'est pas de savoir qu'on peut vivre sans faire souffrir ni tuer des animaux, quite à pour cela devoir prendre des compléments alimentaires ? Quelle importance, et vive le progrès si il m'évite d'avoir à manger mon caca pour cela !
(cette note fait suite à celle sur la B12)
* Ce petit pays africain est hélas devenu connu suite au terrible génocide de 1994… Ne pas hésiter à se plonger dans la bibliographie, notamment celle de l'association Survie. Avant 1994, Rwanda s'écrivait en français Ruanda.