Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 juillet 2008

Tour lapins : c'est parti !

lapin-L214.jpgÇa y est, la première partie du tour (qui pour l'instant concerne uniquement le nord de la France) de L214 pour les lapins est commencé ! Un tour engagé que l'on peut suivre pas à pas via le blog de l'association, et à l'heure où j'écris ces lignes, les deux premières étapes, Amiens et Lille, ont déjà été passées, Paris est en ce moment, et la suite des événements se déroulera comme suit :

  • Rennes : lundi 7 juillet et mardi 8 juillet 2008
  • Angers : mercredi 9 juillet 2008
  • Tours : jeudi 10 juillet 2008
  • Orléans : vendredi 11 juillet 2008
Oui, tout cela est bien joli, mais pourquoi diable un tour de France pour les lapins ? Hé bien, pour que le calvaire des lapins d'élevage cesse. Parce que la vie d'un lapin d'élevage, ce n'est pas du joli joli. Sur le site de L214, on apprend d'ailleurs des choses étranges. Par exemple, on lit qu'en France plus de 40 millions de lapins vivent en cage sur un sol grillagé, source d’inconfort permanent et de blessures aux pattes. Que les élevages comptent en moyenne plus de 6 000 animaux, et qu'en conséquent un éleveur consacre moins de 5 min pour un lapin sur toute sa vie. Dans ces cinq minutes, sont en plus inclut le temps passé au nettoyage du bâtiment,  la distribution de nourriture, etc. Comme les lapins sont très craintifs, la plupart des éleveurs sont obligés de diffuser en permanence le son d'une radio dans leurs bâtiments pour couvrir les bruits soudains (bruits de cages, mise en route des ventilateurs, etc.). Mais quelle émission de radio va masquer le manque d'espace vital des animaux, qui disposent d'une surface d’une feuille de papier A4 chacun durant leur vie entière ? Les cages sont tellement exiguës qu'aucun lapin ne peut se dresser, se cacher, bondir, ronger, fouiner, creuser... Les lapines reproductrices vivent isolées les unes des autres et sont inséminées artificiellement (véritable viol) 10 jours après chaque mise bas. Elles donnent naissance à plus d’une soixantaine de lapereaux par an. Dans leurs petites cages, elles souffrent en outre de lésions aux pattes et de déformations du squelette.
lapin-cage-GF.jpgCe n'est pas tout.
Dès la naissance, les petits sont triés : ils sont répartis en fonction de leur taille et de leur poids. Les malades, les plus petits et ceux en surnombre sont assommés sur le rebord d'une caisse ; ils agonisent ensuite au milieu des morts-nés. Les autres sont placés avec leur mère. La nourriture des lapins est supplémentée en vitamines, minéraux, antibiotiques et autres médicaments. Pourtant, un quart des lapins meurent avant d’atteindre l’âge où ils sont abattus. Vers deux mois et demi, enfin la délivrance, mais pas sans souffrance : les lapins sont entassés (sans ménagement) dans des caisses et conduits à l’abattoir, où ils sont étourdis, saignés, dépecés, éviscérés. Il arrive fréquemment que des lapins se réveillent avant d'être tués, et ils sont saignés conscients.
Et tout ceci dans le stric respect de nos belles normes européennes, qui sont là pour servir les intérêts pécuniers des éleveurs. C'est d'ailleurs ce que s'écrit - avec raison - un éleveur de lapin face à un stand de L214 : "Au nom de quoi ces gens s'insurgent contre la production du lapin? Tout est fait dans les règles de l'art dans les élevages de lapins, il y a des normes que tous les éleveurs respectent."
"Au nom de quoi" ? (de qui plutôt) : au nom des millions de lapins qui ne peuvent pas se défendre, pardi !
Cet éleveur tient finalement un discours classique, subtil mélange d'indignation, de bonne conscience et de propagande - à laquelle il n'a peut-être tout simplement jamais réfléchi. Sans doute devrais-je être rassurée : "Ha bon, les normes permettent de torturer les lapins ? Ouf, tout va bien !" Mais si les éleveurs et ceux qui les ont conçues savaient ce que je pense de leurs normes, ils ne seraient sans doute pas déçus.
Bref, comme d'habitude, si vous ne voulez pas participer à la souffrance des animaux, il n'y a pas 36 solutions : arrêtez de les manger ! Et soutenez L214 dans ses actions et ses campagnes!