Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 septembre 2010

De passage à Evora, en route pour l'Afrique

hirondelles-5847244d19.jpgLe nez en l'air, nous sommes restés ce soir scotchés un bon moment à observer les dizaines de milliers de petits passereaux en train de se regrouper sur les grands platanes d'Evora, au Portugal. Beaucoup arrivaient encore, et leur petite silhouette se découpait vivement sur le ciel déjà sombre et agrémenté d'un croissant de lune. Etonnament, nous avons  beaucoup hésité à les identifier: mis à part les énormes vols d'étourneaux bien connus, quels oiseaux se regroupent ainsi en dortoir énormes pour migrer? J'ai eu la réponse au retour sur Internet : l'hirondelle. Pas si étonnant que nous ne l'ayions pas reconnue, car lors de ses déplacements migratoires, elle vole en battant continuellement des ailes, alors que d'ordinaire elle effectue beaucoup de vols planés. Son cri aussi diffère: elle ne chante plus ni ne gazouille, mais pousse de petits cris stridents un peu à la façon des moineaux (c'est son cri de contact).
Ces oiseaux de 20grammes commencent leur long voyage jusqu'en Afrique. C'est tout simplement hallucinant! Outre la distance, ils vont traverser la Méditerranée et le Sahara!
hirondelle.trajet.migratoire.jpg"Le Cameroun, le Congo, le Gabon, le Centrafrique; sont les pays que choisissent les hirondelles qui nichent en France (soit des distances de 5 à 7000Kms) contrairement aux hirondelles russes et anglaises qui préfèreront les pays au sud de l'équateur (soit des distances souvent supérieures à 10000Kms). Dans ces pays, elles profiteront des nombreux insectes présents (si toutefois on n'aura pas décidé de tout anéantir par des pesticides dévastateurs)." (source: oiseaux.net) Pour rigoler, souvenons-nous que "pendant des siècles, les scientifiques ont cru les hirondelles capables de passer la période hivernale, sous l'eau ou enfouie dans la vase." Un peu à la façon des tortues donc!
Pour rappel, les hirondelles sont toutes protégées, et leur nombre ne cesse de chuter depuis les années 70 - à priori, ce serait lié aux pesticides et à la destruction de leurs habitats. Elles ont aussi de plus en plus de mal à trouver de la boue dans notre environnement aseptisé, et ne peuvent donc plus construire leurs nids.
La destruction d'une nichée d'hirondelle peut valoir une amende allant jusqu'à 12 000€ mais beaucoup de gens les détruise quand même, par angoisse de la grippe aviaire ou pour garder le mur propre sous le nid. Très important ça, le mur propre!  Car vous savez: une hirondelle, ça chie, comme vous et moi. Mais les oiseaux ne se cachent pas, ni ne polluent des litres d'eau potables pour diluer toute leur merde, et ça leur est fatal. Ce qui est sûr, c'est que dans un monde complètement vidé de tous ses habitants, il n'y aura plus de maladies et que les murs resteront nickels pour toujours.
En attendant ce monde qu'on n'est pas pressé de voir venir, nous avons savouré avec délices la présence de ces milliers d'oiseaux vigoureux ce soir à Evora, mais en nous éloignant un petit peu quand même : les trottoirs étaient couverts de cacas d'hirondelles, et ça continuait de tomber dru!

hirondelles-de-fenetre portrait.jpg