Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 avril 2006

Food not cops à Lyon

Parce que notre société est celle du gaspillage !
Parce que manger est un droit !
Parce que les animaux ne sont pas de la nourriture !
Food not cops se met en place à Lyon ! Food not cops (de la nourriture, pas des flics), appelé aussi dans d'autre lieux Food not bombs (de la nourriture, pas des bombes), est un collectif d'individu-e-s qui organise des distributions de repas vegs gratuits ! si si, vegs et gratuits !
La première, c'était samedi dernier place Raspail, dans le 7ème à Lyon. Une trentaine de personnes (pas si mal pour une première peu annoncée !) a pu partager un repas convivial sous un soleil de circonstances. Merci à toute l'équipe de Food not cops pour ce moment ! (oups, complètement oublié de prendre des photos de cette première !)
Food not cop
s, c'est une excellente réponse au gaspillage énorme engendré par notre société de (sur)consommation : ici, tous les jours, de la nourriture en excédent est jetée dans les grandes surfaces, les restaurants, les marchés et même chez nous. Cet excédent permettrait largement de nourrir celles et ceux qui en ont besoin à condition qu'il soit distribué équitablement et sans recherche de profit. Bien sûr, chaque personne peut le faire, même ponctuellement, pour recréer des liens de solidarité et d'échange et développer ainsi une alternative critique au système économique qui surproduit, jette et gaspille. Mais c'est plus facile quand on se regroupe et qu'on s'organise, comme le propose le groupe Food not cops. Ce genre d'initiative est né aux USA, il y a bien une vingtaine d'années si ce n'est plus. Ca me rappelle qu'il y a un film vraiment sympa et instructif à voir sur le gaspillage alimentaire en France, c'est Les glaneurs et la glaneuse d'Agnès Varda.
L'idée fondamentale du mouvement est de distribuer gratuitement dans la rue de la bouffe exédentaire, végétalienne ou végétarienne. Les plats cuisinés sont toujours végétaliens ; mais le groupe lyonnais n'exclut pas de proposer des trucs végétariens de récup (comme du fromage, des viennoiseries, des yaourts... ). !
Food not cops existe déjà à Paris ; ailleurs en France je ne sais pas. Sur Lyon, le collectif souhaite organiser des repas le plus régulièrement possible, toutes les semaines si la motivation le permet ! En tout cas, le groupe a besoin de matériel pour débuter : bassines, épices, gamelles, louches, spatules, couverts, jerricanes alimentaires, torchons, sacs poubelles, verres, bols, rallonges, enrouleur, traiteaux, planches, parasols, polyan... et de la nourriture, tout simplement ! N'hésitez pas à contacter le goupe lyonnais foodnotcops !
et à consulter le site du groupe parisien, ou celui qui présente le mouvement foodnotbombs dans son ensemble, et dans lequel on peut lire :
En plus de la collecte et la distribution de nourriture, Food Not Bombs encourage le végétarisme pour solutionner ce problème. Si plus de gens étaient végétariens et réclamaient des aliments cultivés biologiquement et produits localement, cela aiderait à promouvoir des pratiques agricoles écologiques et rendrait viables de plus petites fermes. Ce virage rendrait plus facile la décentralisation des moyens de production et la création d'un contrôle démocratique sur la qualité des produits agricoles et l'occupation des terres. Plus de gens peuvent être nourris par un hectare de terre avec un régime végétarien qu'avec un régime carnivore. Les habitudes alimentaires de notre société, basées sur la consommation de viande, encouragent l'"agrobusiness" et accroissent la dépendance des producteurs envers les fertilisants et pesticides chimiques, ce qui détruit l'environnement et diminue au bout du compte la valeur nutritive des aliments ainsi produits. Toutes les viandes produites industriellement dans ce pays sont pleines d'additifs chimiques, de médicaments, d'hormones de croissance, d'agents de conservation; et puis le lait contient presque toujours des traces d'isotopes radioactifs. C'est pourquoi le végétarisme, qui consomme moins de ressources, est meilleur pour l'environnement et notre santé.
Bien que nous encouragions le végétarisme pour des raisons politiques et économiques, cette philosophie apporte aussi plusieurs bénéfices immédiats. Les problèmes potentiels dûs aux aliments avariés sont grandement réduits lorsqu'on se contente de manipuler des légumes, et les membres du groupe tendent à adopter un régime plus équilibré à mesure qu'ils se familiarisent avec le végétarisme. De plus, enseigner aux gens l'impact bénéfique qu'aura le végétarisme sur leur santé crée une attitude positive et pleine de compassion envers nous-mêmes, les autres et la planète toute entière. Par conséquent, toute la nourriture que nous préparons provient strictement de sources végétales; il n'y a ni viande, ni produits laitiers, ni oeufs. Les gens connaissent ce principe et font confiance à notre bouffe, chaque fois qu'ils viennent à notre table.
Tout à fait d'accord ! Mais aussi :
le végétalisme/végétarisme, c'est aussi excellent pour la santé des animaux !!!