Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 décembre 2014

Help, du foin pour les moutons !

Sauvé, le Domaine des Douages reste cependant dans le rouge (ou plutôt le orange).

Ce refuge, qui abrite plus de 750 moutons et quelques autres animaux (chevaux, âne, chiens, chats... ), tous sauvés de l'abattoir ou de maltraitances, a bien failli disparaître en 2014. Il a été sauvé in extremis lors d'une vente aux enchères, et un mouvement de solidarité avait vu le jour pour sauver les animaux et le lieu.

Mais les sous manquent aujourd'hui pour acheter du foin et des granulés, pourtant indispensables aux animaux.

Pour 35€/an, vous parrainez un mouton, et lui offrez de quoi manger à sa faim et de bénéficier de soins/vermifuges pour un an.

Par un don, vous contribuez à l'achat de foin ou de granulés. Il manque encore 40 tonnes de foin pour cet hiver, une tonne coûte environ 60€ : il suffirait de réunir 2400€ pour assurer le foin de tout l'hiver. Je sors ma calculette : si 100 personne donne 24€, la somme est trouvée !

Aider les moutons du Domaine des Douages c'est permettre à un petit paradis sur Terre d'exister. Un paradis pour les moutons (et ils en ont tellement besoin !).

-> faire un don par CB

-> faire un don par un autre moyen de paiement

Tous les protégés du refuge vous disent merci !
(66% de votre don est déductible des impôts)

 

 

09 juin 2008

Un refuge vegan

asbl poule batterie.jpgL'ASBL Fabienne, centre vegan de revitalisation et de soins pour animaux, vient d'accueillir cent poulettes sauvées in extremis de l'abattoir. Marie-Jeanne, la présidente de l'association, les a achetées à un éleveur qui allait faire tuer toutes ses poules pondeuses, devenues moins rentables : alors qu'une poule heureuse peut vivre plus de quinze ans, les poules pondeuses âgées de deux ans sont vues comme des poules usées et moins rentables dont il faut se débarasser. Marie-Jeanne raconte que l'éleveur "est donc venu me livrer cent fois une poule qui a souffert le martyre pour la production. Le bec coupé et très déplumées car parquées dans des cages scandaleusement petites elles passent leur temps à se piquer et à pondre". La photo ci-contre prise environ deux semaines après l'arrivée des petites poules parle d'elle-même...
  ASBL Fabienne poule.jpgD'un côté, ça peut sembler bizarre de filer des thunes à un éleveur, même si c'est pour sauver des poules. Je ne peut pas m'empêcher de penser que ça l'enrichit, et qu'avec cet argent il va continuer à faire souffrir des animaux. D'un autre côté, c'est sûr que du point de vue des poulettes, le plus important est de ne pas être tué. Cent poules ont eu la vie sauve, et elles profitent maintenant enfin d'espace pour se dégourdir les pattes, de calme pour se reposer, d'herbe à picorer, de terre pour prendre des bains de poussière (les poules ont un besoin vital de prendre des bains de poussière) et de lumière et de soleil. Une belle vie de poule donc ! Autre chose, c'est qu'en accueillant ces poules, l'ASBL Fabienne fait prendre conscience à ses adhérent-e-s et à bien d'autres personnes quel est la vie misérable des poules exploitées pour leurs oeufs - jaimerais que tout le monde voit la photo de cette poule écorchée. A noter au passage que la chair de ces poulettes finit aussi dans nos assiettes (bon appétit à tous ceux qui ne sont pas veg).
En avril, avec mon compagnon, nous avons eu la chance et la joie d'à nouveau passer quelques jours à l'ASBL Fabienne (merci pour ton si gentil accueil, Marie-Jeanne !). Nous avons pu apprécier la compagnie de la truie Lola, de la brebis Pâquerette, des chèvres, nous avons admiré les paons, câliné les chiens... et vu à quel point les poules vivant au refuge depuis des années sont heureuses ! Et dans quelques temps, les poules qui viennent d'être sauvées et qui survivront à leurs mauvais traitements passés, ressembleront à cette "ancienne".
Pour que l'ASBL Fabienne continue à aider les animaux, vous pouvez lui adresser des dons, adhérer à l'association et/ou parrainer un animal. Le parrainage d'une poulette revient à 2,5 euros par mois, et là, il y en a cent à parrainer !

24 juillet 2007

Visite à l'ASBL Fabienne

18ca6a48ef5487c40e57ca2627261e4d.jpgHé bien, depuis le temps que le projet était dans l'air, le voici enfin réalisé : avec une amie et ses deux enfants nous visité l'ASBL Fabienne, en Belgique. Et les quelques jours passés sur place ont été vraiment extraordinaires ! Il y a tellement de choses à raconter que c'est dur de savoir par où commencer... peut-être par la gentillesse et l'investissement énormes de Marie-Jeanne, la présidente de l'association ; ou bien faut-il souligner tout de suite les attentions incroyables dont font l'objet les animaux - tous les animaux présents au centre : chaque poule est aussi bien soignée que Lola la truie ou que Chanel la bouledogue...
b38b344013b061c48e6c93340a43703f.jpg La grande prairie verdoyante dans laquelle évoluent les pensionnaires de l'association est judicieusement clôturée, de telle sorte qu'un animal malade peut être facilement et rapidement isolé si nécessaire. Les poules ont libre accès à leur poulailler, dans lequel chacune s'est octroyé un espace personnel pour dormir (autrement dit, chaque poulette s'est attribué son bout de perchoir !). Les chèvres disposent de cabanes en bois pour s'abriter des intempéries, et Lola dort dans un abri au sol couvert d'une épaisse couche de paille. Dans la maison, Craquotte, le perroquet, vit au chaud dans une grande volière et grignotte avec plaisir frites, rondelles de carottes et biscuits, tout en échangeant quelques mots avec les visiteurs-euses.
128d3a18637f67fba22c536cddb798fd.jpg J'ai beaucoup aimé partager des moments avec Lola, parce que c'est vraiment pas tous les jours qu'on côtoie un cochon (qui est d'ailleurs ici une truie). Lola a été trouvée errante dans une ferme, sans doute abandonnée après avoir donné naissance à une multitude de petits porcelets, mais devenue vieille donc à la viande trop dure. On dit souvent que les cochons sont "au moins aussi intelligents que les chiens", et je pense que c'est vrai - mais je trouve aussi que ce n'est peut-être pas si important que cela, l'intelligence ! Au bout de trois jours, Lola répondait au son de ma voix et venait vers moi quand je l'appelais. J'avoue que j'ai eu tendance à la gâter particulièrement, notamment avec de bonnes carottes craquantes et juteuses (sur la photo, c'est pas moi, c'est Marie-Jeanne et Lola !)
Les animaux qui se retrouvent dans ce "centre de revitalisation et de soins pour animaux en détresse" ont quasiment tous un passé lourd - Chanel a été si maltraitée qu'elle en garde à vie des séquelles physiques, toutes les poules issues des élevages industriels ont connu l'enfer. Des animaux ont été abandonnés, d'autres ont été placés là à la demande de leur maître-sse qui ne pouvait plus les garder.
e599c7e63e5b21a9c8303d13e233ebe0.jpg Le petit agneau Pâquerette, dernier arrivé, a été sauvé de l'abattoir cette année : il devait servir de repas pour Pâques - c'est tout simplement ignoble...
L'association compte aujourd'hui plus de 200 adhérent-e-s et plusieurs dizaines de parrains et marraines, qui permettent à tous ces animaux de vivre paisibles avec toute l'attention possible. Tous sont végans, car Marie-Jeanne (végane elle aussi) estime à juste titre qu'il n'y a aucune raison de nourrir ces animaux avec des cadavres d'autres animaux. Même les tortues de Floride se régalent de croquettes veg... pour chiens - et s'en portent très bien !
e20b482f429f1353b9de174a4f3a8a3c.jpg Avoir partagé quelques journées avec Marie-Jeanne m'a permis de voir à quel point son travail était courageux et nécessaire, et humainement la rencontre a été formidable. J'en suis repartie très émue, la tête pleine de toutes les histoires (tragiques ou heureuses) 5bdce6b130e66f0ecf134a94016622bb.jpgtraversées par l'association et animée d'un sincère désir de promouvoir l'association - peut-il en être autement ? Pour aider Marie-Jeanne à sauver des animaux, vous pouvez tout simplement adhérer à l'association (10€ par an) et/ou parrainer un animal (de 1,5 à 4€/mois), ou faire un don.
Et comme dit mon amie : ça fait tellement du bien de voir des animaux heureux ! Et de savoir qu'ils vivent leur vie pour eux et non pour le profit que les humain-es peuvent en retirer. Des centres comme l'ASBL Fabienne, il en faudrait tant pour sauver les animaux des abattoirs, et aussi pour montrer qu'un animal peut vivre pour lui-même... et être vegan-e, comme Marie-Jeanne, sauve aussi beaucoup d'animaux !