Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 mai 2006

Et si les animaux comptaient…

Comment est-ce possible que les humain-e-s, toujours et encore, ramènent à la sphère individuelle l'oppression exercée envers les animaux ?
La semaine dernière, une amie, végétarienne pour les animaux, m'a dit que "ça lui allait" que des gens amènent de la viande à la fête organisée pour son anniversaire. Que ça lui aille à elle, je veux bien le croire, mais est-ce sa vie qui est en jeu ou bien celle des animaux ?
Toujours et encore le fait de manger les animaux est ramené à une histoire de goûts et de couleurs…
Combien de temps va-t-il encore falloir entendre des réflexions du style : je ne mange pas de viande mais ça ne me dérange pas que tu en manges ; de toutes façons chacun fait ce qu'il veut ; du moment qu'on ne me force pas à en manger…
Je ne veux pas jeter la pierre aux végétarien-ne-s, loin de là, c'est déjà tellement bien de l'être ! Mais alors quoi ? Alors je sais pas, la remarque de la copine de la semaine dernière a été un peu la goutte d'eau pour moi à ce moment-là : manger de la viande est un acte meurtrier, et oui, j'aimerais vraiment imposer l'interdiction formelle de manger de la viande parce que c'est intolérable, injustifiable, que des animaux soient exploités et tués pour être mangés. On me taxera de radicale, d'intolérante, oui sans doute, mais comme on dit : c'est pour la bonne cause, non ?
Accepter sans broncher, peut-être avec une certaine forme de douce compréhension, sous prétexte que chacun-e fait ce qu'ellil veut que d'autres apportent de la viande à nos repas d'anniversaire, dans nos maisons, la cuisinent sous nos yeux ; accepter cela et le justifier, n'est-ce pas faire comme si les animaux ne comptaient pas, toujours pas malgré notre refus à nous d'en manger ?
Mais se montrer solidaire des animaux, c'est s'exposer aux railleries, quolibets, moqueries et mots méchants : que tu es intolérante, arrête tu vas me faire pleurer, je fais bien ce que je veux : et bien justement, non ! ça ne devrait pas être possible dans ce cas ! pas quand c'est la vie des animaux qui est en jeu !
Allez, tout ça je le sais bien aussi.
Et je sais pas pourquoi la réflexion de la copine m'a tellement énervée, parce que finalement moi non plus je ne lui ai rien dit. Pourquoi je ne lui ai pas répondu : ha, je comprends que tu n'es pas envie de faire des histoires, mais c'est dommage d'accepter que des gens amènent de la viande chez toi, parce que ça va causer la mort d'animaux…
Ou alors, je sais bien pourquoi sa réflexion m'a tant agacée : justement parce que moi non plus je n'ai rien osé dire, finalement…