Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 août 2005

Jolis cochons

Lors de notre voyage vers le Portugal, nous avons rencontré un transport routier de cochons, arrêté à la même aire d'autoroute que nous. Je crois que c'était en Espagne, mais ça aurait pu être en France ou ailleurs. Le chauffeur étant parti quelques instants, j'en ai profité pour m'approcher et prendre des photos. Je me méfiais un peu du chauffeur, je suis peut-être un peu parano mais bon... Les cochons étaient roses et tâchetés de noir, bien engraissés évidemment avant leur destination finale, l'abattoir et les estomacs de mes congénères humains... L'un d'entre eux s'est d'ailleurs approché, intrigué, je ne saurais dire si dans son regard il y avait de l'étonnement, de la curiosité ou de la compassion. Le camion était un double remorque et les cochons étaient entassés sur 3 niveaux superposés, super, comme ça on en met plein et ça rentabilise au maximum le voyage. Je me demande comment ils arrivent à les faire grimper au troisième niveau. Presque tous dormaient, pas étonnant, il faisait une chaleur étouffante. Deux ou trois me regardaient intrigués à travers les barreaux. Ils ignoraient encore que c'était pour eux un voyage sans retour. Il parait que les cochons sont des animaux joueurs, plus intelligents que les chiens, ils feraient sans doute de très bons amis si on leur accordait la moindre attention. Mais peu importe leur QI, ce qui compte n'est-ce pas leur sensibilité, et comment nous arrogeons-nous le droit de les tuer? sans aucun doute, ces cochons n'ont pas envie de devenir jambon ou saucisson, de voyager entassés, de recevoir des coups de matraque (électrique parfois) pour monter ou descendre du camion... Plusieurs portaient d'ailleurs des traces de coups et des égratignures saignaient ça et là. Pauvres cochons.
Tout ceci était il y a plus de deux semaines, c'est clair qu'ils sont aujourd'hui tous morts, peut-être déjà transformés, digérés, chiés? Et sans doute des centaines, des milliers les ont déjà suivis. Pauvres cochons.
Qui pense à eux?